Travaux sur le Corps

« Désordre naturel », 2021

Accumulation hétéroclite rassurante ou sentiment d’angoisse lié à l’incontrôlé (ou l’incontrôlable), le désordre revêt de multiples aspects et révèle une nature protéiforme et subjective. Il se découvre dans tous les aspects du monde, de la plus petite à la plus grande des échelles.

Il se révèle comme une source créatrice née de la volonté de bouleverser un ordre fatigué. Il est la force opposée à ce dernier. Dès lors un cycle s’établit dans cette opposition des forces, s’affrontant dans la recherche d’une harmonie générale.

Telle la Nature, qui, sans l’espèce humaine, s’équilibre d’elle-même dans une sensation de désordre qui se trouve être en fait l’ordre naturel des choses. La volonté de maîtrise de l’Homme sur cette Nature amène un désordre qu’il convient aujourd’hui de rééquilibrer, en remettant les questions environnementales (entre autres) au centre des priorités.

« Matière-chair », 2018

Le nylon s’étire et se pose sur la chair tel une seconde peau qui laisse apparaître le corps qui le porte. Il prend les formes de ce qui l’habite. Tel la chair, périssable et soumise au temps qui passe, il est en constante mutation. L’impérissable est l’apanage des dieux. L’être humain, soumis à sa propre chair, est un être fini, abject, vulgaire, mais sensible.

Libéré de sa conscience et des représentations du corps en termes de beauté, d’identité et de pouvoir, reste la chair, à la fois sujet et objet.

« Nature morte », 2018

Où l’homme se fait support et s’immisce dans la nature morte.

« Portraits d’un autre genre », 2018

Parfois je découpe les corps en morceaux et je recolle comme ça me chante …